La Société Française du Vide (SFV) : la doyenne des sociétés savantes du vide dans le monde fête ses 70 ans en 2015.
GALTAYRIES Anouk, présidente de SFV

450223_recepisse_existence_prefecture
À la fin des années 30, un petit groupe de spécialistes des applications du vide, propose de former une organisation nationale, regroupant techniciens et ingénieurs pour promouvoir, enseigner et diffuser les sciences et techniques du vide. Les évènements politiques mondiaux retardent ce projet mais, le 10 mars 1945, se tient la première Assemblée constitutive d’une société savante appelée Société Française des Ingénieurs et Techniciens du Vide (SFITV), qui sera reconnue d’utilité publique en 1957 et deviendra, en 1973, la Société Française du Vide (SFV).

Très vite, la SFITV développe des relations avec des groupements équivalents apparaissant dans d’autres pays et aide à la constitution d'autres sociétés nationales du vide, qui apparaissent dès les années cinquante aux Etats-Unis, au Japon et dans plusieurs pays d’Europe. De même, elle soutient la création, en 1962, de la structure fédérative IUVSTA (International Union for Vacuum Science, Technique and Applications), qui regroupe l’ensemble des sociétés nationales du vide. Membre fondateur de l’Union, la SFITV participe activement à ses travaux. A travers les décennies, plusieurs des membres SFITV/SFV feront partie du bureau de l’IUVSTA, y compris comme président(e). Les représentants actuels au Conseil d’Administration de l’IUVSTA sont Anouk Galtayries et Daniel Vernière. Résolument en faveur des fédérations, la SFV est également membre de deux fédérations nationales, la Fédération Française des Matériaux (FFM, depuis 2002) et la Fédération française de Sociétés Scientifiques (F2S, depuis 2012), cette dernière étant actuellement présidée par Tibériu Minea, Administrateur SFV.

Depuis l’origine, les activités principales de la SFV sont :

La publication
Dès décembre 1945, paraît le premier numéro d’une revue technique appelée, Le Vide. Ce journal, renommé par la suite Le Vide, les Couches Minces puis Vide : Sciences, Techniques et Applications a servi également de support d’édition à la plupart des actes des conférences organisées par la SFV. La SFV publie également des ouvrages* scientifiques et techniques, une excellente illustration de ce choix éditorial étant la parution en 1995 de la première édition de l’ouvrage « Notions de base en technique du vide » écrit par Guy Rommel et révisé en 2015 par Guy Rommel et Nelly Rouvière.

L’organisation de conférences et d’ateliers de travail scientifique
De 1946 à 1954, la SFV a organisé plusieurs ateliers techniques, qui ont toujours rencontré un vif succès (100 à 120 personnes à chaque édition). En 1954, la SFV organise à Paris son premier congrès international « Oxide Coated Cathodes », rapidement suivi en 1956 de « Ultra High Frequency Tubes », au cours duquel plus de 178 papiers ont été présentés. Presque soixante ans après, on peut dire que plus de 250 conférences et congrès ont été organisés par la SFV, tant au niveau national qu’international. En 2010, la SFV a organisé pour la première fois deux de ses congrès à l’étranger : ELSPEC-4 à Fès (Maroc) et IBAF 2010 à Namur (Belgique). Par deux fois, la SFV a organisé l’International Vacuum Congress (IVC), le congrès mondial de l’IUVSTA : en 1980, à Cannes, pour sa 8e édition (IVC-8) et en 2013, à Paris, pour sa 19e édition (IVC-19). IVC-19, présidé par Marie-Geneviève Barthés-Labrousse, ancienne présidente SFV (1999-2000) et IUVSTA (2001-2004), a été porté pour la première fois de son histoire par un consortium européen de neuf sociétés savantes et a réuni plus de 2 500 participants autour d’un programme scientifique de 1500 communications et d’une exposition de plus de 110 stands.

La formation
La première formation technique avec démonstrations a eu lieu en 1968, dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) d’Orsay en région parisienne. Aujourd’hui, près de 30 formations accueillent chaque année près de 250 stagiaires, avec la volonté de transmettre de manière rigoureuse et conviviale des enseignements techniques et thématiques sur la production du vide, la mesure des basses pressions, la détection de fuites, les couches minces, les procédés plasma, et les caractérisations de surfaces des matériaux... Un « Hall du Vide », développé en convention avec l’IUT d’Orsay, sert de lieu principal de démonstration pour les stages. Des équipements complémentaires de ceux du « hall du vide », localisés dans des laboratoires parisiens ou en région, sont également utilisés. Certains cours se déroulent également en sessions thématiques connexes à des conférences organisées par la SFV (CIP, ELSPEC, JADH, ITFPC, MIATEC). Ainsi, en 2013, les formations proposées en anglais dans le cadre de IVC-19, avec des intervenants de renommée mondiale, ont été suivis par près de 150 stagiaires. Enfin, une proportion importante de la formation se déroule chez les clients, industriels ou universitaires. À noter qu’en 2014, a été ouverte, pour la première fois, une formation aux techniques utilisant le rayonnement synchrotron, en partenariat avec l’établissement SOLEIL.

À ces trois activités historiques, se sont ajoutées plus récemment :

La création du comité
La création du comité des Constructeurs, Équipementiers, Prestataires de Services (CEPS) en 1996, sous l’impulsion de Michel Tiget. Renforçant la collaboration entre les mondes industriels et académiques, véritable originalité de la SFV dans le paysage des Sociétés Savantes françaises, ce comité a vu le jour à la suite d’une prestigieuse exposition-animation ouverte en collaboration avec le Palais de la Découverte en 1995, dans le cadre du cinquantenaire de la SFV. Plus de 150 000 visiteurs ont alors découvert pendant un mois et demi un panorama des applications du Vide dans la vie courante, favorisant les échanges entre experts et grand public. Cette heureuse initiative a été pérennisée par l’organisation régulière d’un Salon du Vide dès 1998 (Grenoble). De fréquence biennale, puis annuelle, le Salon, initialement organisé alternativement à Grenoble et Paris, est devenu itinérant en France en 2007. À partir de 2009, il a évolué en Salon du Vide et de Traitement des Matériaux (SVTM), organisé en partenariat avec A3TS (Association de Traitement Thermique et de Traitement de Surface). Cette année, SVTM a lieu à Saint-Etienne en juin 2015 et réunit plus de 100 sociétés exposantes.

L’expertise
La SFV s’entoure d’un réseau d’experts pouvant porter assistance dans le cadre d’études, de développements ou de mises au point d’un process, aussi bien dans les domaines du vide que des procédés.

La communication des informations scientifiques et industrielles
La Gazette du Vide a pris la suite de la revue Le Vide (arrêtée en 2003), et paraît régulièrement à raison d’une ou deux éditions par an. En 1999, le site web de la SFV a été mis en ligne et est depuis, régulièrement mis à jour. Enfin en 2015, la première Newsletter par courrier électronique sera proposée à nos membres et partenaires.

Doyenne des sociétés savantes du vide dans le monde, la SFV fête cette année 70 ans d’histoire. Ses contributions régulières, en France et à l’étranger, dans différentes activités en relation avec la production et les applications du vide sont et resteront très fortes. Tout ce travail est assuré par l’apport constant de ses membres, de ses intervenants, de ses administrateurs et bien sûr de son secrétariat permanent, aujourd’hui constitué d’une équipe de quatre personnes Gweltaz Hirel, directeur, Sabra Mahdaoui, Hervé Lemoine et Christine Lemoine.

Références :
- P. Pileur, Short histories of the national vacuum societies within IUVSTA, Editions J.L. Robins (2001)
- P. Pileur, Historique de la Société Française du Vide, Revue Le Vide n°277, Editions SFV (1995)

retour au sommaire