Relance du prix Edouard BRANLY
Georges SALMER, professeur émérite à l'Université de Lille.


Le prix Edouard Branly a été décerné pratiquement sans interruption depuis 1990, à l’initiative de l’Association des Amis d’Edouard Branly. Il a pour but de faire reconnaitre des travaux de recherche de très haute qualité, dans l’esprit de ceux d’Edouard Branly avec une approche réellement pluridisciplinaire en associant étroitement recherche fondamentale et souci des applications.

En effet, Edouard Branly, inventeur des radio conducteurs, premiers détecteurs à l’état solide d’ondes électromagnétiques, en a construit de nombreuses versions et a été un acteur majeur de la découverte de la Téléphonie Sans Fil (TSF). En tant que médecin qui s’intéressait aux troubles nerveux, il a été attiré par les manifestations ayant un caractère mystérieux à l’époque tels que l’hystérie.

Durant les années 1990 et 2009, le jury du Prix Edouard Branly était animé, en tant que président, par le Professeur Robert Gabillard (Université de Lille) et les deux chevilles ouvrières du prix le professeur Etienne Guyon (ESPCI) et Jean Claude Boudenot (Thomson-LCR devenu Thales). Ce prix a été décerné à des chercheurs qui avaient apporté des contributions importantes à la physique des milieux granulaires, aux tentatives d’explication de l’effet Branly dans les poudres métalliques (ce fut mon cas en 2000) ou à la mise en œuvre d’applications importantes de l’électronique, tel que le métro automatique de Lille.


Radioconducteur de Branly
branly4
En 2010, une nouvelle impulsion est donnée à l’initiative de Michèle Leduc et avec l’appui de la Fédération des Sociétés scientifiques de France. Un nouveau jury est nommé, dont j’ai l’honneur d’assumer la présidence. Surtout le prix est maintenant orienté vers la reconnaissance de jeunes chercheurs âgés de moins de 33 ans. Le montant du prix de l’ordre de 2500 euros est aussi beaucoup plus attractif. Les thématiques concernent les sciences physiques avec une insistance particulière sur le domaine des ondes et si possible des perspectives d’applications d’intérêt sociétal.

La sélection des lauréats a été particulièrement difficile vu la très grande qualité et le haut niveau de leurs dossiers scientifiques. C’est ainsi qu’ont pu être honorés : Eric Larose de l’UJF à Grenoble (ondes sismiques), Jérome Wenger de l’Institut Fresnel à Marseille (nanobiophotonique), Myriam Raybaut de l’ONERA (Lasers accordables) et Jacques Vincent du Laboratoire Aimé Cotton à l’ENS Cachan (magnétométrie à haute résolution).

En 2015, le prix prend un nouveau départ avec l’appui, outre de la F2S, de la Section Française de la prestigieuse IEEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers). Celle-ci compte plus de 400.000 membres dans le monde et la section française est présidée par Amara Amara, directeur à l’ISEP et par le passé membre du jury du prix Branly. L’appel à candidatures vient d’être lancé. Le jury a été renouvelé et compte parmi ses membres une récente titulaire du prix en la personne de Myriam Raybaut. Nous ne doutons pas que de jeunes candidats de très haut niveau se présenteront encore cette année pour ce prix.


------------------

branly
Edouard Branly (1844 - 1940) a été l’inventeur des radio conducteurs encore appelés cohéreurs ou tubes à limaille qui ont été les premiers détecteurs à l’état solide d’ondes électromagnétiques. Le modèle le plus courant consistait en un tube isolant, par exemple de verre ,contenant de la limaille d’aluminium comprimée entre deux cylindres métalliques.
branly2
La résistance du dispositif diminuait de plusieurs ordres de grandeurs sous l’influence d’une onde électromagnétique produite par une bobine de Ruhmkorff et ne reprenait sa valeur initiale qu’après l’application d’un choc mécanique. Cette expérience fondatrice a été présentée à l’Académie des sciences le 24 novembre 1890.


Par la suite Edouard Branly a construit de nombreuses versions du cohéreur et afin d’en expliquer le fonctionnement a réalisé plusieurs modèles de dispositifs multi contacts. Même s’il ne l’a pas revendiqué en tant que tel, il a été un acteur majeur de la découverte de la Téléphonie Sans Fil (TSF). Par la suite, ayant soutenu une thèse de médecine, il s’est spécialisé dans les maladies nerveuses et a été attiré par les manifestations ayant un caractère mystérieux à l’époque tels que l’Hystérie.



retour au sommaire