Quatre années d’existence de la F2S

Michèle Leduc

Pourquoi une fédération ?

La F2S a été fondée en 2009 à partir des trois sociétés savantes, la SFP, la SFP et la SEE. L’idée de sa création partait du constat qu’en France les sociétés scientifiques forment un ensemble morcelé, à la différence des grandes sociétés en Allemagne, au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis qui ont un nombre d’adhérents considérable et développent des réflexions très écoutées sur l’enseignement et l’évolution de la science et des techniques. L’initiative de la F2S a fait suite à celle du G2P (Groupement pour la Physique) lancée par Etienne Guyon, ancien président de la SFP, avec le projet ambitieux de réunir un grand nombre de sociétés savantes. La F2S a pris le relai, pariant sur l’engagement de quelques personnalités motivées dans un nombre plus limité de sociétés. L’idée était de démarrer à une échelle modeste et de progresser ensuite en ralliant d’autres sociétés savantes intéressées par la démarche de la F2S. C’est la démarche amorcée avec l’adhésion de la Société Française du Vide (la SFV) en 2012 qui devrait se poursuivre avec la nouvelle équipe de la F2S.

Rassembler les acteurs de la science et de la technologie

Les adhérents de la SFP appartiennent essentiellement au monde académique, ceux de la SEE sont surtout des ingénieurs, tandis que la SFO comprend des membres des deux communautés. En regroupant ces trois sociétés, la F2S se trouvait rassembler des communautés plutôt disjointes en France, où les ingénieurs ne se reconnaissent pas comme des physiciens et où les chercheurs connaissent plutôt mal le monde des entreprises qui en fait embauchent encore rarement les titulaires d’un doctorat. L’objectif était d’abord de rapprocher des associations disjointes, parfois pour des raisons historiques (telle création de la SFO), de les faire mieux se connaître et d’entreprendre des activités qui prennent plus de force si elles sont menées ensemble. L’idée était ainsi de mettre en commun des pratiques et de faire des économies d’échelle. Le but n’était évidemment pas de les remplacer les sociétés fondatrices, même si l’on peut penser qu’idéalement une société savante unique pour la physique et la technologie aurait une bien plus grande potentialité d’écoute et d’action.

Une campagne de notoriété a été lancée pour recueillir des soutiens, après publication d’une brochure. Elle a été menée pendant les deux premières années d’existence de la F2S et ceci auprès d’une vingtaine d’entreprises françaises. Si le succès de la collecte de fonds de mécénat s’est révélé modeste, cette campagne a néanmoins permis de recueillir beaucoup d’informations sur les carrières proposées aux jeunes et d’encouragements relatifs aux actions pour motiver des vocations pour la science.

Au service des jeunes : un partenariat avec l’ONISEP

C’est le moto qu’a choisi la F2S dès son démarrage. Elle est parti du constat de la relative désaffection des jeunes et particulièrement des filles pour les études scientifiques et techniques. Or les besoins des entreprises, grandes ou petites, sont très importants et de nouveaux métiers encore mal connus apparaissent. Il est ainsi apparu que le F2S pourrait avoir un rôle à jouer pour guider l’orientation précoce des jeunes, informer les parents et accompagner les élèves comme les étudiants dans la définition de leur projet professionnel. La F2S s’est engagée dans un partenariat privilégié avec l’ONISEP (Office National d’Information Sur les Enseignements et les professions) qui fournit un dispositif documentaire puissant fondé sur des bases de données reliant entre elles les établissement, les adresses et les cursus, avec un service en ligne et une organisation à partir de délégations dans toutes les régions.
ncomms4605-f1_cor_500
La F2S a renouvelé chaque année son contrat en vigueur depuis 2009 avec l’ONISEP. Son rôle est de servir de conseil à l’Office pour de nombreuses questions touchant à la science (recherche et technologie). La F2S a participé au développement du site mavoiescientifique.onisep.fr/, nouveau volet ouvert en 2013 sur la plateforme de l’ONISEP. Ce site est maintenant de plus en plus consulté (150 000 consultations en un an). Il fournit des exemples de professionnels de la science en activité. Des vidéos ont été obtenues par la F2S auprès de plusieurs organismes comme le CEA et d’entreprises, puis introduites sur le site pour illustrer la liste ONISEP des métiers possibles, en liaison avec les parcours d’études correspondants. En outre la F2S alimente très régulièrement le blog des sciences sur ce site ONISEP avec une rubrique bimensuelle décrivant une découverte dans le domaine fondamental ou technologique, présentée sous une forme standardisée très pédagogique. Cette rubrique est tenue par un physicien émérite qui effectue pour la F2S un travail régulier et créatif.

Fig.1. Schéma de la synthèse du Silicium cristallin mésoporeux.
Ce dessin très schématique représente de façon approximative la structure des produits en jeu.
Crédit Donghai Wang, Nature communications
.
Article du blog des sciences d'avril 2014 de Claude Guthmann


La F2S a consacré beaucoup d’efforts à la préparation d’une réponse à l’appel à projets des Investissements d’Avenir dans le programme « Développement de la culture scientifique et de l’égalité des chances » a été déposé en octobre 2013 par ONISEP et F2S, avec de nombreux partenaires associés (dont Femmes&Sciences et UdPPC) etc). Le projet intitulé : « Des métiers pour aujourd’hui et pour demain, les sciences et les technologies » n’a malheureusement pas été retenu. Toutefois la collaboration avec l’ONISEP pourra se poursuivre avec l’alimentation du site mavoiescientifique.onisep.fr

Renforcer la visibilité des sciences et des techniques

La F2S a participé à des colloques réunissant des chercheurs et des industriels. Elle est régulièrement invitée aux forums Opto annuels et fait partie du comité d’organisation des événements liés à ces forums. Elle est souvent conviée en tant que telle à faire des exposés dans divers congrès. Ainsi elle a fait une conférence intitulée « La physique, une discipline, des métiers » aux Journées de la Sorbonne en février 2013. On lui a confié la présidence de la session « La science et la société » des Assises de l’Enseignement Supérieure et de la Recherche en février 2013 en Ile-de-France. Elle a ainsi fait mieux connaître son existence et sa raison d’être et a noué des liens avec diverses associations destinées à diffuser la culture scientifique.

La F2S est partenaire et mécène des Olympiades de la Physique. Sa présidente a été marraine de l’édition 2012 et a participé à la remise des prix au Palais de la Découverte. La F2S est mécène depuis 2013 de l’Association des Amis du Palais de la Découverte (la SAPADE) dont le but est de défendre la vocation unique du Palais qu’elle soutient fortement. Elle est aussi partenaire de l’EPS (European Physical Society) pour l’année internationale de la lumière qui aura lieu en 2015 sous le patronage de l’ONU. La F2S avec ses composantes d’optique et de physique est bien placée pour aider à la promotion de l’événement. Elle a été invitée au lancement international du projet à Varenna et fait partie du comité d’organisation pour la France.

Le prix Branly organisé par la F2S : très apprécié

myriamRabaut
La F2S lance chaque année un appel d’offres pour la remise du Prix Branly, décerné en partenariat avec l’Association des amis d’Edouard Branly, qui le cofinance à un niveau modeste). Ce prix a été attribué tous les ans depuis 1990 par l'Association des amis d’Edouard Branly. Le prix Edouard Branly récompense un jeune chercheur de moins de 33 ans pour des travaux de recherches remarquables dans le domaine des sciences physiques, notamment celui des ondes, avec une perspective d'applications d’intérêt sociétal.
vincentJacques
Ce prix est très apprécié car il correspond à un moment crucial de la carrière où il importe à un jeune chef d’équipe de devenir indépendant à partir de ces propres travaux. Notons que les sociétés fondatrices de la F2S n’ont pas de prix adaptés à cette tranche d’âge.

Notons qu’à l’exception de ce prix Branly la F2S a considéré qu’il n’était pas de son ressort de distribuer des prix. En effet les activités de la F2S n’ont aucunement vocation à faire double emploi avec celles de ses sociétés fondatrices, pour lesquelles la remise de prix divers revêt une grande importance. Au contraire l’existence de la F2S pourrait contribuer au regroupement de tous ces prix et donner un plus grand retentissement à leur remise.

Un bref bilan

Au bout de ces quatre premières années d'existence, le bilan de l’activité de la F2S est encore modeste. Son activité en direction des jeunes reste la plus fructueuse et elle sera poursuivie. Ce qui a constitué la difficulté principale a été de bien définir pour la fédération des objectifs complémentaires à ceux de ses sociétés fondatrices, sans se substituer à elles sur des créneaux qu’elles avaient déjà bien développés. Assurer un budget régulier à la fédération qui ne repose pas uniquement sur les subventions récurrentes des sociétés partenaires a constitué une vraie gageure ! La nouvelle équipe de la F2S va tenter un positionnement adéquat tout en jouant la carte de l’élargissement à de nouvelles sociétés. A titre personnel, mon engagement à la présidence de la F2S, a été très enrichissant de contacts et d’ouverture. Je souhaite qu’il en reste une trace dans le paysage des sociétés scientifiques françaises, dont il semble que nos communautés ont toujours besoin pour développer une action collective appuyée sur une réflexion autour de thèmes fédérateurs.

retour au sommaire