Pasted Graphic
Dans le flot de livres paraissant sur les problèmes d’énergie, le nucléaire tient une place à part. Ou bien on en fait l’apologie de façon en général raisonnée, ou bien on le voue aux gémonies comme porteur de tous les dangers : menace de catastrophes planétaires déjà survenues ou à venir ; action maléfique et sournoise de la radioactivité sur les êtres vivants. Les physiciens ne pouvaient rester indifférents devant ce manichéisme. D’une part, ils ont été les inventeurs de la notion même d’énergie, d’autre part leurs recherches sont à la base d’au moins deux domaines intéressant les politiques énergétiques : l’électricité, qui est un vecteur important, et le nucléaire, dont une application majeure est précisément la production d’électricité.

L'ouvrage traite les principaux aspects physiques, d’ingénierie et de sûreté des réacteurs électronucléaires et du cycle du combustible. L’importance donnée aux différents sujets abordés reflète les préoccupations de la société après Fukushima. Le but de l’ouvrage est en effet de répondre aux questions que se posent les citoyens de notre pays sur une forme d’énergie souvent diabolisée. Les thématiques abordées sont bien choisies et permettent d'argumenter précisément sur lesdites interrogations.

Le livre s’ouvre avec un important développement sur la radioactivité. On sait éviter les expositions à de trop fortes doses. La protection de l’environnement et des populations vis à vis de la radioactivité induite par l’industrie nucléaire est un impératif. On ne sera donc pas surpris de constater que les auteurs ont consacré un quart de l’ouvrage aux problèmes de la sûreté des réacteurs et du traitement des déchets. Ils proposent une analyse claire et précise des accidents majeurs, rapide pour Three mile island (1979) qui n’a pas eu de conséquence hors site, plus fouillée pour Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011), même si dans ce dernier cas le recul manque pour en estimer tous les effets. À propos de Tchernobyl, l’impact réel sur les pays d’Europe est évalué sans parti pris avec, bien entendu, une mention spéciale pour la France.

Ces considérations sur les risques, la sûreté, la protection sont réparties dans les deux grands ensembles de chapitres dédiés l’un au réacteur et l’autre au cycle du combustible. L’état de l’art y est présenté de façon simplifiée mais rigoureuse. La discussion des différentes technologies de réacteurs, de leurs avantages et inconvénients est bien conduite. Il en va de même pour tous les procédés mis en œuvre dans l’élaboration du combustible, de la mine d’uranium au réacteur, comme pour ceux de l’aval du cycle. Les liens sont établis entre les aspects physiques, chimiques et technologiques.

Étant donné l’objectif de répondre aux questions du moment et pour ne pas allonger l’ouvrage au-delà du raisonnable, les parties consacrées à l’économie et à la prospective sont comparativement succinctes.

L’ensemble est attrayant avec un texte clair et de nombreuses illustrations en couleurs, pour la plupart riches d'informations difficilement disponibles ailleurs pour le grand public : production d'uranium, inventaire du combustible après utilisation, sections efficaces, etc… Sa lecture est aisée et rapide. Le glossaire devrait s'avérer très utile pour un lecteur néophyte.

Ce très bon livre éclaire sur un enjeu très important de société. Les opposants au nucléaire auraient intérêt à le lire, ne serait-ce que pour étayer leurs convictions par des faits et des chiffres plutôt que par des fantasmes et des slogans.

L’un de nous (F. P.) en conseillera l'acquisition dans son lycée, à la fois pour que chacun puisse se faire une opinion éclairée sur le sujet, mais aussi pour pouvoir construire un cours solide et bien documenté sur le nucléaire qui, malgré les allègements en vigueur depuis cette année, demeure au programme de première S.


Jean Louis Bobin, professeur émérite, université Pierre et Marie Curie (Paris 6)
Frédérick Petitdemange, agrégé de physique, doctorant de l’université Pierre et Marie Curie

retour au sommaire