À quoi sert le vide ? 
Jacques Châles, secrétaire général de la SFV  
Photo_LHCa

Aujourd'hui nous savons que le vide n'est pas l'exception mais que, bien au contraire, c'est l'atmosphère qui est l'exception. Exception heureuse certes, puisqu'elle permet la vie, mais exception quand même. Que l'on se tourne vers l'infiniment grand, le cosmos dans lequel le vide est la règle, ou vers l'infiniment petit, l'atome dans lequel les distances entre noyau et électrons sont très grandes devant la taille de ces particules, c'est le vide qui prédomine. 

Si le milieu dans lequel nous sommes immergés ne nous est pas habituellement perceptible et ne contrarie pas nos mouvements, il n'en est pas de même pour un certain nombre de processus mis en œuvre dans la recherche et l'industrie. C'est pour cette raison que, pour le fonctionnement de ces processus, il va falloir ''faire le vide'', c'est-à-dire réduire le nombre de molécules présentes. 

Les applications du vide sont très nombreuses. On "fait le vide" pour : 
- utiliser la force mécanique de la pression atmosphérique, 
- déplacer un équilibre thermodynamique, 
- réduire la concentration en oxygène, 
- permettre le passage de particules légères. 

Pour en savoir plus (article en attaché). 

retour au sommaire