Le prix Branly de la F2S est attribué à Jérôme Wenger pour ses travaux sur les nano-antennes pour détecter les molécules biologiques et sur les endoscopes ultra-sensibles.


Jérôme Wenger a 33 ans. Après des études à l’Ecole Sup Optique et une thèse en optique et cryptographie quantiques avec Philippe Grangier, il a effectué une importante reconversion thématique vers le domaine de l’optique appliquée et a rejoint l’institut Fresnel à Marseille comme chargé de recherche au CNRS. Ses travaux actuels sont très fondamentaux mais comportent de nombreuses possibilités d’applications. Son projet concerne la conception et la réalisation de nano-antennes plasmoniques pour exalter le signal de fluorescence de molécules d’intérêt biologique.

En outre il a inventé un dispositif record pour le confinement de la lumière par des microsphères diélectriques. Les retombées technologiques attendues sont importantes en bio-photonique ; elles concernent le suivi des réactions moléculaires, l’étude fine des membranes biologiques des cellules vivantes et enfin des endoscopes ultra-sensibles et de bas coût, avec transfert vers la société PixInbio.

Jérôme Wenger est lauréat de l’ERC dans le programme « starting grants » 2011.

La remise du Prix Edouard Branly donnera lieu à une conférence du lauréat à l'ENS le 2 février 2012 à 13h30, suivie d'une réception au musée Branly .


Adresses :
Ecole normale supérieure (ENS) : 45 rue d'Ulm 75005 Paris
Musée Edouard Branly : ICP 21 rue d'Assas 75006 Paris




Détection exaltée de molécules fluorescentes avec des structures photoniques :
application aux mesures dynamiques en solution


Article de perspective pour la revue des élèves de SupOptique.

Disponible via le web : http://www.fresnel.fr/mosaic/publications/pdf_files/perspectives_wenger.pdf


Résumé

La spectroscopie de fluorescence est largement utilisée dans différents domaines de l’analyse biochimique. Cependant, l’état de l’art actuel est limité à l’emploi de microscopes de laboratoire, qui sont à la fois chers, complexes et encombrants. Améliorer la détection optique de molécules permet d’étendre fortement le champ d’application de la fluorescence, en dépassant les limites imposées par la diffraction. Cet article détaille différentes avancées récentes en nanophotonique qui permettent un contrôle de l’interaction entre une molécule et le champ lumineux. L’accent est mis sur deux questions essentielles pour la spectroscopie de fluorescence : comment améliorer le signal détecté par émetteur et comment étudier une seule molécule dans un milieu de forte concentration ?




Retour au sommaire